31ème BCP


Insigne du 31ème BCP

Casernement en 1914 : Saint-Dié, Corcieux, dans les Vosges

Affectation : 86ème Brigade d’Infanterie, 43ème Division, 21ème Corps d’Armée


Dès le 31 juillet 1914, le Bataillon qui est à Corcieux (88) rejoint Saint-Dié (88). Le 1er août, les réservistes, qui sont arrivés la veille au soir, se préparent.

Saint-Dié


2 août 1914

Le Bataillon (sauf la 1ère Compagnie qui reste à Saint-Dié (88)) va prendre des positions de couverture au col de Ginfosse (Raves (88)), dans la région de Coinches (88).

3 août 1914

Le Bataillon rentre à Saint-Dié, ne laissant que la 4ème Compagnie à Coinches (88).

4 au 7 août 1914

Le Bataillon est tout d’abord réparti entre Sainte-Marguerite (88), Dijon (21), Coinches (88) et Coinchimont (Ban-de-Laveline (88)), en cantonnement d’alerte. Jean-Marie JOUVE fait partie des hommes de ce Bataillon. Les hommes de Dijon rejoindront vite Coinches et Coinchimont. Le 7 août, des reconnaissances envoyées à la frontière, ramènent un prisonnier blessé.

8 août 1914

Ordre est donné de s’emparer du Col de Sainte-Marie (Wisembach (88)). La Compagnie d’avant-garde est accueillie par une violente fusillade, qui part du Hochsbruck. La 5ème arrive à déloger l’ennemi du Hochsbruck et la 4ème occupe le Château de Fête. Les pertes sont légères. La 1ère Compagnie, détachée au nord, tente en vain d’occuper le Renclos des Vaches (Lusse (88)). Le capitaine MÉRY, qui entrainait les mitrailleurs de sa section de tête, tombe, mortellement atteint, de même que le sous-lieutenant RONDEAU, qui engageait une deuxième section. La 4ème, qui accourait au Col, est elle aussi repoussée avec de lourdes pertes.

9 et 10 août 1914 

Deux Bataillons du 149ème RI se feront décimer sans plus de résultats. Dans la nuit du 9 au 10, le Bataillon est relevé et porté vers le nord de la Vallée de la Fave.

11 au 20 août 1914

Le 31ème passe le Col de Saales (La Grande-Fosse (88)), entre en Alsace, et descend en flanc-garde de la Division la vallée de la Bruche, traverse Rothau (67) et Schirmeck (67), où la population l’accueille avec enthousiasme. Dirigé vers la région du Donon (67), le Bataillon abat, pendant sa marche, un avion ennemi.

21 août 1914

Le Bataillon a pour mission de reprendre le Col de Saint-Léon (Walscheid (57)), en liaison avec la 1ère Division coloniale. En un quart d’heure, marsouins et chasseurs, sans souci des pertes, arrivent à traverser le Col. Les Compagnies de réserve n’ont pas eu à intervenir.

22 août 1914

Attaqué par l’ennemi, le Bataillon bat en retraite sur Eigenthal (Walscheid (57)), puis, sous des feux d’artillerie et d’infanterie, jusqu’à Cirey-sur-Vezouze (54).

24 août 1914

Le Bataillon passe à Badonviller (54) et échoue à reprendre le couloir entre Saint-Maurice-aux-Forges (54) et Sainte-Pôle (54). Une centaine de chasseurs sont tués ou blessés.

26 août 1914

Le 31ème attaque à fond à Baccarat (54), mais échoue et se replie sur Saint-Benoît-la-Chipotte (88).

27 août au 4 septembre 1914

Le Bataillon est aux abords de la Chipotte, ligne de faîte entre Meurthe et Mortagne, et surtout route de première importance. L’ennemi est résolu et victorieux. Six Bataillons de chasseurs résisteront en attaquant. Le 30, cinq Bataillons sont engagés, le 31 c’est au tour du 31ème. Jean-Marie JOUVE est peut-être absent de ces attaques, car il a été blessé à la clavicule droite le 27, à Doncières (88).

5 septembre 1914

Le Bataillon marche sur Thaon-les-Vosges (88) où il embarque en direction de la Haute-Marne.

6 et 7 septembre 1914

Le Bataillon arrive vers midi à Wassy (52) et va cantonner à Voillecomte (52).

8 au 12 septembre 1914

Le Bataillon se jette sur les traces de l’ennemi, à travers la Champagne pouilleuse, sans eau et sous un soleil de plomb, via Vaucogne (10), Fénus, La Folie, Sompuis (51), Poivres, Sainte-Suzanne, Néry, Cernon (51) et Courtisols (51), où il trouve des allemands blessés dans l’église et fait quelques prisonniers.

24 au 26 septembre 1914

Le 24 septembre, 3 Compagnies du 31ème enlèvent le Moulin de Souain (Souain-Perthes-lès-Hurlus 51), au prix de pertes importantes : une centaine de tués et de blessés, et le gardent jusqu’au 26, où les pertes sont d’une quarantaine d’hommes.

27 septembre 1914

Profitant du brouillard, les tirailleurs et les colonnes par quatre de l’ennemi réussissent à reprendre le Moulin, mais ils ne peuvent faire un pas de plus et subissent de grosses pertes. Nos pertes : 30 hommes tués ou blessés.

1er octobre 1914

Ordre est donné de partir pour Saint-Hilaire-au-Temple (51).

2 octobre 1914

Les 3 premières Compagnies vont coucher à Saint-Martin-sur-le-Pré (51), les 3 dernières, ainsi que la Compagnie de mitrailleuses couchent à Recy (51).

3 au 5 octobre 1914

Le Bataillon embarque à Châlons-en-Champagne (51), direction Etaples (62), via Pantin (93), Amiens (80), Abbeville (80). Il arrive à Saint-Pol (Saint-Pol-sur-Ternoise 62) le 4 à minuit, cantonne à Raucourt (Raucourt-aux-Bois (59)). Le 5 octobre, la 6ème Compagnie est envoyée à Beaumetz (62), par autocar. Les autres Compagnies se rendent à pied au sud de Savy (Savy-Berlette 62) et cantonnent à Camblain-l’Abbé (62) et Villers-au-Bois (62).

6 et 7 octobre 1914

Prise de position dans les bois de la Haie (Carency (62)).

8 au 15 octobre 1914

Attaques du Bataillon sur Carency (62).

16 octobre 1914

La 6ème Compagnie, en réserve à Camblain-l’Abbé et Villers, vient relever la 2ème Compagnie. Les 1er et 3ème Bataillons reçoivent l’ordre d’attaquer Ablain-Saint-Nazaire (62).

17 au 29 octobre 1914

Même situation, avec des bombardements sur Carency (62) et des fusillades intenses. Le Bataillon reçoit un renfort de 500 hommes le 20 octobre, jour où le général DEMAUD’HUY remet la Médaille militaire au Drapeau des Chasseurs, le premier de tous qui, à côté du rouge, ait porté le ruban jaune et vert. Une violente fusillade éclate dans la nuit du 24 au 25, sur le Front du 10ème, déclenchée par le bruit d’une relève de poste.

30 octobre 1914

Le Bataillon est relevé par 42ème Bataillon de Chasseurs de réserve et se rend à Estrée-Cauchy (62).

31 octobre 1914

Le Bataillon est embarqué, en autocars, pour la Belgique.

1er novembre 1914

Arrivée à Reningelst, d’où le Bataillon se rend à pied à Remmel et à Sint-Elooi.

2 novembre 1914

Le 31ème Bataillon attaque aux abords de Saint-Eloi et fait des prisonniers. A la nuit, on s’établit dans les tranchées conquises : à droite les Coloniaux, en travers de la route de Saint-Eloi, au centre les Zouaves, à proximité de la cote 40, à gauche les 3 Compagnies du Bataillon, ayant leur droite à la ferme Eikhof et leur gauche au nord-est du château de Hollebeke. Le 10ème Bataillon est venu s’établir à notre gauche.

3 novembre 1914

Violent bombardement dans la nuit et les jours suivants. Les Compagnies DE BOISHUE et CUENIN détachées depuis la veille du côté de la Kapellerie (Belgique), subissent des pertes très importantes.

4 novembre 1914

Même situation. Bombardement intense et attaques répétées de l’ennemi.

5 novembre 1914

Dès le matin, le bombardement recommence, avec des obus de très gros calibre. De 7h à la nuit, le Bataillon subit la plus forte canonnade de la Campagne. Les tranchées sont complètement démolies et Saint-Eloi totalement détruit. Les Allemands attaquent à nouveau dans la soirée et sont repoussés, avec de grosses pertes. Les 2ème et 3ème Compagnies, à la Kapellerie subissent également une violente canonnade et des attaques répétées de la part de l’ennemi.
Le capitaine CUENIN est tué, haché littéralement par un gros obus fusant. Le sous-lieutenant POISSENOT, de la 2ème, est blessé pour la seconde fois par une balle de schrapnel (il mourra des suites de ses blessures à l’hôpital).

Jean-Marie JOUVE est tué à l’ennemi, ce 5 novembre 1914, au combat devant Saint-Eloi et La Kapellerie, près d’Ypres en Belgique.

Parcours 31 BCP
Cliquer sur la carte pour suivre le parcours du 31ème BCP

Sources

2 commentaires sur “31ème BCP

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s