13ème RI


Insigne 13 RI

Casernement en 1914 : Caserne Pittié à Nevers et Caserne Charbonnier à Decize, dans la Nièvre

Affectation : 32ème Brigade d’Infanterie, 16ème Division, 8ème Corps d’Armée


Le 13ème RI embarque dans la nuit du 5 août 1914, en gare de Nevers, sous le commandement du Lieutenant-Colonel FRONTIL, pour se diriger vers la Lorraine. Edouard COURTOIS, Léon Charles HUBERT, Benoit MARONNAT et Louis ROBIN sont à bord du train.
Jean Marie THEURIOT rejoindra le régiment le 11 août 1914, Albert LESOUPLE le 17 septembre 1914, Nicolas CHARRIER le 18 juillet 1915 et Jean PROVOST le 26 juillet 1915.

Note – Pour le 13ème RI, on ne dispose d’aucun Journal des Marches et Opérations sur le site Mémoire des Hommes.


La Guerre de Mouvement

La Campagne de Lorraine

Le 13ème RI débarque à Châtel-Nomexy (Nomexy (88)), gagne les bords de la Meurthe et prend position dans la forêt de Mondon (54).
Le 1er Bataillon est sous les ordres du capitaine RENARD, le 2ème Bataillon est commandé par le capitaine LENFANT le 3ème Bataillon par le capitaine CHOMBART de LAUWE.

14 août 1914

Le régiment reçoit son baptême du feu dans la forêt de Mondon (Moncel-lès-Lunéville (54)). Avec les 29ème, 85ème et 95ème RI, le 13ème RI arrache Domèvre-sur-Vezouze (54) au 1er Bavarois. Il bouscule les avant-postes ennemis établis sur les hauteurs de Saint-Martin (54), dans les Bois de Haies-d’Albe (Saint-Martin (54)) et dans le Bois des Prêtres (Domèvre-sur-Vezouze (54)). Les Bavarois abandonnent sur le terrain de nombreux tués et blessés.

15 août 1914

La frontière de la Lorraine annexée est franchie aux accents de la Marseillaise.

18 août 1914

Le Régiment s’assure des ponts de Hertzing (57) et de Héming (57).

19 et 20 août 1914 – Bataille de Sarrebourg (Moselle)

Les trois bataillons opèrent séparément. Le 1er et le 2ème Bataillon ne réussissent pas à franchir la Sarre et sont contraints à la retraite. Le 3ème Bataillon protège avec abnégation la retraite et le repli des troupes de la Division au sud du canal de la Marne au Rhin.

22 août 1914 – Le combat du bois de Grandseille (Meurthe-et-Moselle)

Le 3ème bataillon défend le terrain pour retarder la marche de l’ennemi.

24 août 1914

Le Bataillon reprend des forces et cantonne à Fauconcourt (88).

25 août 1914

La 16ème Division attaque sans succès à Mattexey (54). Le 3ème Bataillon sort très éprouvé des derniers combats et ces défaites obligent le Régiment à reculer vers Rambervillers (88) et Épinal (88). Le bataillon a cependant réussi à sauver le drapeau du 95ème RI.

Edouard COURTOIS est tué par une balle ce 25 août, lors des offensives du Régiment pour refouler l’ennemi hors de Mattexey (54) et Clézentaine (54).

26 et 27 août 1914

Le 13ème RI parvient à refouler l’ennemi hors de Clézentaine et le poursuit jusqu’à la Mortagne.

12 septembre 1914

Le 13ème RI, avant-garde de la Division, se porte sur la Meurthe atteinte à Glonville (près de Baccarat (54)), mais la poursuite au-delà de la Meurthe est interrompue. La bataille de la frontière est un semi-échec sur cette partie du front. Saint-Dié, Lunéville, Nancy sont protégées. Les Français ne perdent que quelques dizaines de kilomètres carrés des départements de la Meurthe-et-Moselle et des Vosges. Et ils n’ont pas réussi à reconquérir les provinces perdues.

La lutte en forêt d’Apremont

Le régiment a quitté la vallée de la Moselle pour aller défendre les hauts de Meuse, pendant de longs mois.

Le 13ème RI a reçu pour mission la route de Spada, au nord de Saint-Mihiel (55) en s’établissant à Vigneulles-lès-Hattonchâtels (55), mais il va bientôt embarquer à Lérouville (55) à destination de Sainte-Menehould (51). Il séjourne dans cette région jusqu’au 23 septembre 1914, avant d’être rappelé à Lérouville (55) et de passer à nouveau sur la rive droite de la Meuse, car l’ennemi s’est emparé de Saint-Mihiel (55).

25 septembre 1914

La 16ème Division attaque Apremont (55). Le 13ème RI, qui s’est porté droit sur le village, ne peut briser la résistance de l’ennemi, mais réussit à prendre position dans une redoute d’infanterie en lisière de la forêt d’Apremont, la « Redoute du Bois Brûlé », comprenant deux bastions reliés par une courtine. Cet ouvrage va devenir le pivot de notre défense et le point de mire de l’ennemi.

26 septembre au 6 octobre 1914 – Combats d’Apremont (Meuse)

A six reprises, pendant cette période, le 13ème RI et le 29ème RI attaquent en vain le Bois Jura (entre la Redoute et Apremont), pour refouler l’ennemi au-delà d’Apremont (55). Le 6 octobre, l’adversaire passe à l’offensive et fait une première tentative infructueuse devant le Bastion Sud.
Deux poilus de Charrin perdront la vie lors de ces offensives : Jean-Marie THEURIOT disparu le 26 septembre au Bois Jura et Benoit MARONNAT tué par balle le 27 septembre devant Apremont près du Bois Jura.

Octobre à décembre 1914

L’adversaire est passé à l‘offensive. Pendant les trois derniers mois de 1914, le 13e RI va connaitre une alternance d’engagements contre les Bavarois et de repos à quelques kilomètres en arrière. Les secteurs qui lui sont confiés sont très dangereux : le Bois-Brûlé, le Bois-Jura.
Il s’agit de reconquérir les crêtes des collines qui surplombent Saint-Mihiel (55) et Apremont (55). Les bombardements et les combats sont incessants pour gagner quelques dizaines de mètres.

11 octobre 1914

L’ennemi prend à partie le Bastion Nord. Son attaque est brisée par le feu de nos mitrailleuses.

12 octobre 1914

Le Bastion Sud se trouve en butte au feu d’une artillerie nouvelle, l’artillerie lourde autrichienne de calibre 305 mm. Tous nos abris s’effondrent, ensevelissant la majeure partie de la 11ème Compagnie et son chef, le capitaine TÊTE.

Après une courte période de repos, le 13ème RI repart en première ligne. Les Bavarois veulent s’emparer coûte que coûte de la Redoute et ils resserrent de jour en jour leur investissement.

C’est au cours de ces périodes de bombardements qu’Albert LESOUPLE est tué et son décès est enregistré le 26 octobre 1914 à Apremont-la-Forêt (55).

Parcours du 13ème RI
Cliquez sur la carte pour suivre le parcours du 13ème RI

A suivre …

Cent ans après la Guerre 1914-18, l’opération nationale « Cent villes, cent drapeaux, cent héros » a mis à l’honneur, pour la Nièvre, Nevers, le 13ème Régiment d’Infanterie et son drapeau.
Si les origines du régiment remontent à 1584, il s’est particulièrement illustré pendant la guerre d’Indépendance des États-Unis, les guerres napoléoniennes, la première guerre mondiale, ainsi que la seconde. Les inscriptions “Vérone 1797”, “Héliopolis 1800”, “Wagram 1809”, “Bautzen 1813”, “Verdun 1916”, “Montdidier 1918”, et” Saint-Quentin 1918” sont cousues en lettres d’or sur son drapeau, décoré de la Croix de Guerre 1914-1918, avec deux citations à l’ordre de l’armée, et une citation à l’ordre de la division.


Sources

10 commentaires sur “13ème RI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s