Qui étaient-ils ?


Ils étaient nés pour la plupart dans la Nièvre.

  • 30 à Charrin même
  • 23 dans d’autres communes du département (Cercy-la-Tour, Chevenon, Chiddes, Devay, Isenay, La Nocle-Maulaix, Lanty , Montambert, Nevers, Rouy, Saint-Aubin-les-Forges, Saint-Germain-Chassenay, Saint-Hilaire-Fontaine, Saxi-Bourdon et Verneuil)
  • 6 d’entre eux avaient vu le jour en Saône-et-Loire (Cronat et Vitry-sur-Loire)
  • 1 dans l’Allier (Moulins)
  • 9 à Paris (dont 8 enfants assistés de la Seine)

Ils étaient majoritairement agriculteurs.

  • 48 dans l’agriculture (2 agriculteurs, 15 cultivateurs, 5 journaliers, 20 domestiques de ferme, 5 jardiniers, 1 bûcheron)
  • 11 dans l’artisanat (1 bourrelier, 2 charrons, 2 maçons, 2 sabotiers, 2 tailleurs d’habits, 1 plombier et 1 tapissier)
  • 5 dans le commerce (2 boulangers, 1 charcutier, 1 épicier et 1 garçon épicier)
  • 3 dans le transport (1 charretier, 1 chauffeur et 1 conducteur d’automobiles)
  • 1 fonctionnaire (facteur des postes)
  • 1 propriétaire

Ils avaient une vie de famille.

  • 45 étaient célibataires
  • 24 étaient mariés
  • 16 étaient pères de famille, faisant ainsi au moins 27 orphelins

Lorsqu’ils ont donné leur vie : les plus jeunes avaient 19 ans (Edouard COURTOIS et Pierre TREBY) et le plus âgé 44 ans (Pierre MONTARON).


Ils étaient moins grands que les hommes d’aujourd’hui.

La taille moyenne des poilus de Charrin était de 1,62 m (le plus petit mesurait 1,49 m et le plus grand 1,79 m).

De 1832 (loi du 21 mars) jusque sous la Troisième République, la taille minimum pour être soldat fut de 1,56 m. En 1901, la peur du manque d’effectifs pousse le législateur à supprimer la taille minimum pour être incorporé dans l’armée française.


Ils savaient en principe lire, écrire et compter.

La plupart d’entre eux avait été notés 3 pour le degré d’instruction générale, sur leur fiche matricule.
Seul Marie Joseph Hector Louis LAVAIVRE, avait fait des études supérieures (noté 5).


Certains jouaient d’un instrument.

Gilbert PION et Jean BLOND jouaient de l’accordéon, François JAILLOT de la clarinette.

Accordéoniste


Un certain nombre savait conduire une voiture.

C’était le cas pour Auguste BERRY, Jean BLOND, Jules BONNET, Jean BOURRACHOT, Louis BROCHARD, Nicolas CHARRIER, Pierre DUPLOMB, Charles Gustave DURAND, Joseph GUICHARD, Léon Charles HUBERT, Louis Ferdinand LUCAS, Louis Etienne MARION, Jean Marie Joseph PICAUD, Gilbert PION, Louis ROBIN.

Beaucoup savaient s’occuper des chevaux et les monter, quelques-uns étaient vélocipédistes, mais très rares étaient ceux qui savaient nager.

Un commentaire sur “Qui étaient-ils ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s