L comme Liens


« Dis bonjour à la cousine, embrasse donc le cousin » cette phrase prononcée par nos arrières-grands-mères respectives, nous l’avons entendu à chaque sortie de messes. Et nous ne pensions pas qu’elles avaient autant raison. Mais nous avons trouvé un cousinage avec plus de 78% des hommes dont le nom est gravé sur le monument aux morts de Charrin (88% si l’on retire les « Petits Paris »). Nous voulions montrer ces recherches avec les arbres de parenté d’Heredis, mais la présentation de 54 arbres aurait peut-être été un peu rébarbative. Nous avons donc essayé de trouver et d’expliquer les raisons de l’absence de liens avec les 15 autres soldats.

Pour les 8 poilus « enfants assistés de la Seine », c’est plutôt facile; ils sont nés en région parisienne et les dossiers de certains sont plus que douteux quant au contenu des informations sur leur état civil.

Pour les 7 hommes restant :

François CORNESSE est né à Saxi-Bourdon en 1888. Son grand-père paternel semble être né de parents inconnus et sa grand-mère maternelle est une enfant naturelle reconnue par sa mère; ce qui réduit le nombre d’ancêtres potentiels en commun. Ses autres branches se situent dans des communes où nous n’avons trouvé aucun de nos ancêtres. Sa relation avec Charrin, vient de sa femme Marie MONTARON dont la famille paternelle est originaire, et avec laquelle nous cousinons.

Jean COUROT est né à Verneuil en 1887. Malgré les noms de famille et les communes qui semblaient être communs, aucun lien de parenté n’a été trouvé dans son ascendance. Son père est décédé à Charrin en 1920, sa mère est alors encore vivante, mais son décès n’a pas été retrouvé et elle n’apparaît pas sur le dénombrement de 1921 de Charrin. Sa relation avec la commune semble provenir de sa soeur Marie-Gabrielle, mariée avec Joseph MASSET en 1919.

Edmond DÉBATISSE est né à Cercy-la-Tour en 1895. La famille de fermiers arrive à Charrin entre 1901 et 1904 et y restera au moins jusqu’en 1927, date à laquelle sa mère Marie GAMET décède. Une partie de son ascendance se situe dans les communes de Montigny-sur-Canne, Brinay ou Alluy où nous n’avons pas ou peu d’ancêtres.

Pierre DUPLOMB est né à Cronat en 1886. On retrouve la famille DUPLOMB dès 1901 au Bourg de Charrin. Ses parents y décéderont en 1929 et 1944. Son ascendance a été retrouvée dans une partie du département de l’Allier où aucun de nos ancêtres ne semble être né.

Auguste LABARRE est né à Rouy en 1886. Il arrive à Charrin en 1906, comme ouvrier charron et est employé par MILLARY. Son ascendance se situe dans les communes de Rouy, Saxi-Bourdon, Brinay. Nous ne cousinons pas directement avec lui mais avec sa femme Catherine DURAND et donc avec ses petites-filles qui habitent toujours la commune.

Louis LAVAIVRE est né à Moulins en 1882. Ses grands-parents possédaient le Château de la Montée et sont présents dans la commune depuis 1835. Ses père, grand-père et neveu ont été maires de Charrin. Son ascendance est présente sur la base collaborative pierfit.

Jacques MONNOT est né à Saint-Aubin-les-Forges en 1885. Son ascendance vient de communes nivernaises dans lesquelles aucun de nos ancêtres ne semble avoir vécu. Il épouse en 1909 Marie TISSIER qui est originaire de Charrin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s