G comme Grade (fonctions et distinctions)



Capitaine : le 11 janvier 1916, le lieutenant Marie Joseph Hector Louis LAVAIVRE est promu au grade de capitaine. C’est le grade le plus élevé atteint par un poilu de Charrin.


Sergent : ce grade est porté par les 8 poilus charrinois suivants :

Sergent fourrier : L’emploi de fourrier est rempli par un sergent ou un caporal. Aux ordres du sergent-major, le fourrier tient toutes les écritures de la compagnie, à l’exception des punitions et du livret d’ordinaire. Les fourriers sont désignés par compagnie, à l’exception du fourrier de semaine attaché à un bataillon. Les caporaux et sergents fourriers sont exemptés d’exercices.


Caporal : nous trouvons 5 caporaux parmi nos charrinois et 1 brigadier de remonte dans la cavalerie (équivalent du caporal).

La « remonte » a pour fonction de sélectionner, dresser et fournir les chevaux de l’armée. Les cavaliers de remonte étaient en nombre restreint au sein de chaque dépôt (une trentaine au maximum).
C’est une préoccupation ancienne du ministère de la Guerre. Dès 1831, une ordonnance institue le service de la remonte générale, afin de fournir des animaux à l’armée et centraliser les achats. Une instruction du 27 octobre 1902 énumère les attributions du service de la remonte intérieure, dorénavant distinct de celui de l’Afrique du Nord, et précise son rôle dans le recensement et le classement des animaux. Toutes les activités sont supervisées par le général inspecteur de la remonte, qui relaie l’information au deuxième bureau. Afin de quadriller le territoire, l’instruction conserve l’organisation d’origine en circonscriptions de remontes, au sein desquelles des dépôts soignent les chevaux avant leur attribution à un corps de troupe. Des compagnies de cavaliers de remonte assurent le service de ces dépôts.
Au 14 juin 1914, le dépôt de Mâcon (Annexe de Coligny et Annexe de Laverdines) fait partie de la Circonscription de Paris.

Geneanet

Soldat : c’est le grade le plus représenté; 6 charrinois ont été distingués en passant 1ère classe :


Il existe aussi des fonctions et des noms particuliers suivant le type de régiment dans lesquels sont engagés les poilus :

6 poilus charrinois sont engagés dans des bataillons de Chasseurs à pied :


4 poilus charrinois sont engagés dans l’artillerie :

Histoire Illustrée de la guerre de 1914 – Gabriel Hanotaux

Les maîtres pointeurs se recrutent parmi les pointeurs, en suivant l’ordre de classement établi chaque année après les écoles à feu. ils sont au nombre de six, leur cadre est toujours tenu au complet. Ils sont nommés par le chef de corps sur les propositions hiérarchiquement transmises par les capitaines-commandants. Le maître pointeur porte, sur la manche gauche de la veste ou du dolman, une grenade en laine écarlate de 25mm de largeur sur 60mm de hauteur. Il manipule le collimateur de visée, la jauge, les manivelles de dérive et de hausse, suivant les indications transmises par le chef de pièce en termes techniques.

Le canonnier a en charge l’entretien de sa pièce, la mise en batterie celle-ci, tout ce qui est touche à la manutention autour de la pièce, et le service de la pièce. Il le fait avec ses camarades, sous la surveillance du chef de pièce qui est un sergent.
Le canonnier conducteur est un homme de rang qui conduit l’attelage et s’occupe du caisson et des chevaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s